Inlandsis: le tome 2 avance

Posted in Uncategorized on juillet 25, 2012 by paulfrichet

Hello tout le monde,

Un peu de nouveautés ne fera pas de mal à ce blog.

Alors voilà quelques petits aperçus du tome 2 d’Inlandsis, sur lequel je travaille ardemment. Sortie prévu en janvier.

Le mystèrieux mystère de la planche 10

Posted in Uncategorized on mai 22, 2012 by paulfrichet

Non, ce n’est pas une nouvelle enquête de Rouletabille que je vous propose, ne vous laissez pas abuser par ce titre d’article diaboliquement accrocheur.
Il va bien être question de la page 10, cette page qui a fait couler tant d’encre  et qui a suscité tant de passion sur mon mur facebook que j’ai failli cloturer mon compte. Pour vous rafraichir la mémoire, voici ce qui avait été souligné par le journaliste de Casemate: « Seule fausse note, la mystérieuse planche 10, à l’encrage brut de décoffrage et au trait épais, met un coup à l’homogénéité de l’ensemble. »

Avant toute chose, il faut bien se mettre d’accord sur cette page 10. Est-ce la page numérotée 10  ou est-ce la 10ème planche?
Le plus simple, c’est que je vous la montre, ainsi tout le monde sera au diapason :

 

La voilà donc, cette page qui dénote tant. Dans le métier, on l’appelle la « scandaleuse » ou encore la « Inlandsis t1pl10 coul.tiff ». Mais il faudrait la comparer avec une autre page, me diriez vous. Pour vérifier les dires du journaliste. Pour se faire son opinion. C’est une demande tout à fait légitime, et j’y concède donc.

 

Alors, que s’est-il passé? Car en effet, on peut noter une certaine différence de traitement, un petit truc pas très homogénique sur les bords.
Et bien, il s’est passé la même chose que ce qui s’est passé entre :

et ça:

 

C’est tout bêtement la progression naturelle de l’artiste. D’un dessin à l’autre, on avance, on progresse. Et le truc, c’est que cette planche 10, c’est la première que j’ai réalisé . Elle faisait parti du lot des pages d’essais. D’ailleurs, la version de l’album n’est même pas la toute première mouture.  La toute première version, c’est celle là:

Vous savez donc tout. Alors, peut-être aurais-je du réencrer cette planche 10, histoire de la rafraîchir un dernier coup avant le bouclage de l’abum. De toute façon, c’est trop tard et je vais devoir vivre avec ce poids sur ma conscience…

Inlandsis: La bande annonce!

Posted in Uncategorized on avril 20, 2012 by paulfrichet

Premiers retours dans la presse.

Posted in Uncategorized on mars 29, 2012 by paulfrichet

La sortie de l’album approche (le 11 avril, pour rappel) et les premiers retours arrivent.
Voilà donc ce qu’en pensent DBD et Casemate

Je vais laisser planer le mystère de la planche 10 pour l’instant…

Faire une couverture, un vrai travail…

Posted in Uncategorized on mars 1, 2012 by paulfrichet

P Diddy a dit un jour, alors qu’il s’appelait encore Puff Daddy: « derrière chaque bad boy, il y a une bad girl » (il a dit aussi qu’il ne s’arrêterait pas car il ne pouvait pas s’arrêter, mais c’est un tout autre sujet…).
Et bien en bédé, c’est un peu la même chose. Derrière chaque bonne bédé, il y a une bonne couverture.

Et une bonne couverture, c’est d’abord faire de bonnes recherches. On échange des idées avec le scénariste, on tente des trucs et on fait une première selection:

Après, il s’agit de soumettre ces propositions à la « hiérarchie », c’est-à-dire au directeur de collection (en l’occurrence, Jean-Luc Istin) et au patron (Guy Delcourt).
Une fois leur choix fait (qui, par bonheur, était le nôtre également), on réalise la version finale que voici:

Voilà! Pour voir la version finale avec le titre, mon nom dessus, le code barre et tout le reste, rendez-vous chez votre libraire préféré le 18 avril!

Histoire d’une page.

Posted in Uncategorized on février 23, 2012 by paulfrichet

J’aime à penser qu’une planche de bande dessinée c’est comme la vie. En effet, il s’agit de franchir des étapes, des stades. Dans la vie, il y a le stade buccal, le stade annal, le début de la scolarisation, les premiers poils au zizi, la première dent définitive etc… Et bien, pour la bédé c’est un peu la même chose.

Tout commence par le scénario que me donne le scénariste. Et comme recevoir, c’est donner (et reprendre, c’est voler même si ça n’a rien à voir), il faut que je lui renvoie un storyboard, pour qu’on puisse mettre en place une parfaite harmonie, propice au développement de la planche.

 

Le storyboard, c’est encore l’insouciance. C’est un brouillon de travail, alors on essaie des trucs, on cherche la bonne narration, mais niveau dessin pas encore besoin de s’appliquer (qui s’appliquerait sur un brouillon, à part un créateur de paradoxes fou?!!).

Des fois, on se décide pour une grosse contre plongée ou des reflets bizzaroïdes, en se disant, « c’est pas grave, c’est pour le moi du futur qui se coltinera le crayonné!! ».

Le crayonné, eh bien le voilà:

Là, ça devient sérieux. Bien sûr, ce n’est pas encore définitif, on peut encore gommer. Mais bon, il faut mettre le dessin en place, la contre plongée de tout à l’heure, c’est maintenant qu’elle devient concrète. En gros, c’est là que t’en chie et que tu maudis le toi du passé (le connard qui a fait le storyboard). J’aime donc à penser que c’est l’adolescence de la planche.
Ensuite vient l’étape de concrétisation. Du crayonné boutonneux à dégrossir on passe à la version noir et blanc définitive, la planche encrée. Là, plus de gomme, c’est du pour du bon!  Bien sûr, on peut mettre du blanco au cas où (ou de la gouache blanche si on est snob), mais bon, concentration maxxxximmumm. 

Là la planche a environ 25 ans, elle commence à se trouver et à vraiment savoir ce qu’elle veut faire de sa vie…

… et ce qu’elle veut faire de sa vie, c’est être mise en couleur!! Fini la timidité maladive, la planche s’affirme et elle s’assume.

Pour ma part, je colorise sur l’ordinateur, car j’aime à penser que je vis avec mon temps ( et que  je suis nul à la gouache).

Donc voilà, l’histoire d’une planche, l’histoire de la vie, l’histoire universelle par excellence. Mais bon, les analogies ont leurs limites. A l’inverse de l’homme et à l’instar des diamants, les planches, elles, sont éternelles…

Inlandsis tome 1 le 18 avril!

Posted in Uncategorized on février 17, 2012 by paulfrichet

Hello tout le monde,

Quelle meilleure occasion de réinvestir un blog moribond que d’annoncer la sortie d’un album?
En effet, le tome 1 d’ Inlandsis, projet avec Stéphane Betbeder au scénario, sortira le 18 avril chez Soleil (en effet, on m’a dit le 11 avril, mais la fnac et amazon me disent le 18, alors je ne sais plus trop).

En guise de début de teasing, voilà quelques morceaux choisis: